Mission 2010/2011

 

Rencontres avec Oumar Traoré à l’Ecole d’Infirmiers de Sévaré le 6, 12 et 25 décembre

Nous avons vus 5 boursiers. Mamadou S. (bourse partagée avec l’association Solidarité Kendié) et Jamine K. qui vont redoubler la troisième année (examen national manqué de peu),  Ousmane K. qui passe en 2ème année et les deux nouveaux entrants Hamadoun D. et Oumar N.
En 2010, l’Ecole a présenté 70 candidats à l’Examen National : 5 ont été reçus, 10 redoublent. Les jeunes filles ne travaillent pas beaucoup et ont beaucoup d’échecs. En 2011 il y aura 45 candidats.
A partir de 2013, selon la future réforme, les infirmiers seront formés à partir du Bac et non plus à partir du DEF dont le niveau a fortement baissé.

Rencontre avec le Médecin chef de l’Hôpital de Bandiagara, le 7 et le 14 décembre

Deux matrones sont actuellement en formation avec nos bourses.

Questions sur la contraception : encore trop peu utilisée ; sur la fréquence des césariennes, trop basse (moins de 1,5% des accouchements), bien que gratuite. Les paysans ont des difficultés à payer l’ambulance.
Question sur la réforme de la formation des infirmiers : les infirmiers déjà formés vont garder leurs titres et il y a des concours professionnels pour monter en grade. Le contenu des études sera peu modifié. En attendant la réforme on continuera à mettre à niveau les aides soignants.

Visite du Centre de Recherche sur le Paludisme de Bandiagara

Ce petit centre très moderne et bien équipé dépend de la Faculté de Médecine de Bamako, et travaille en réseau avec l’Institut Pasteur au Gabon, le NIH et le center for Diseases Control aux USA.
Les activités du Centre sont : la mesure de l’incidence du palu chez les enfants de Bandiagara et l’essai de phase II d’un vaccin anti-palu sur  400 enfants de Bandiagara. Difficulté à adapter le futur vaccin aux variations régionales des antigènes du parasite.

Visite au CSCOM Central de Bandiagara

Nous rencontrons la nouvelle sage-femme récemment nommée, Madame Camara et son équipe de 4 matrones. Ce CSCom « fait » 500  naissances par an. Elle déplore l’absence criante de matériel : ni tensiomètre, ni pèse-personne pour détecter l’éclampsie; une seule poire pour désobstruer les voies respiratoires des nouveaux nés; un matelas en mousse délabrée, non nettoyable.

Visite du CSCOM de Borko à 80 km au Nord de Bandiagara, le 15 décembre

Le Chef de poste-Infirmier, est là depuis deux semaines, ayant d’abord  travaillé à Bandiagara puis à Ouo. Il y a deux matrones, le gérant des médicaments et un ancien infirmier retraité qui travaille. Un villageois relais s’occupe des moustiquaires et prépare l’arrivée des vaccinations.
Le CSCom fait 200 accouchements par an, aucun accouchement à la maison. Originalité de ce CSCom : un dortoir à 4 places.  Les femmes peuvent y rester quelques jours (meilleure hygiène et nourriture amenée par la famille). Cependant il n’y a pas l’électricité.

Rencontre avec le Médecin-Chef de l’Hôpital de Bankass, le 23 décembre

Le Cercle de Bankass (278000 habitants) comporte 20 CSCOM dont 18 fonctionnent (tenus par 17 infirmiers et un  aide soignant). L’Hôpital de Bankass est le Centre de Référence. Il a 3 médecins « généralistes »,  3 sages-femmes, une infirmière obstétricale, 8 infirmiers 1er cycle, 2 infirmiers 2ème cycle, 2 laborantins.

Nous apprenons que la réforme en gestation comporte la création d’aides-soignants et de matrones communautaires. L’aide-soignant communautaire (ASC) sera payé par le village : la charge financière glisse des ASACO vers la municipalité des villages. Ils auront un kit de médicaments et feront payer les consultations. Avantage : traiter plus vite sans déplacements le paludisme des enfants.
Dans ce Cercle, il faudra donc former 84 ASC. Possibilité pour nous d’aider des candidats qui ne peuvent pas payer les 75000 F CFA de formation  et d’attribuer des per diem aux habitant loin de Bankass.

Rappel : 1€ = 650 F CFA.

Participants : A.R, A.L et JL.L